J’ai vécu en Tunisie pendant 5 années de 1998 à 2003. Dans ma mémoire ce pays restera pour toujours bleu, comme Sidi Bou Said accroché quelque part entre le ciel et la mer, jaune comme Matmata, un village troglodyte creusé dans les montagnes et dans les sables, vert comme des oasis semées dans le désert. Dans ce pays riche en histoire et magnifique par ses paysages, j’ai trouvé d’autres sources d’inspiration qu’en Europe, mon regard était dépaysé et tous mes sens ont participé à cette aventure.


Ma palette de couleurs, en tant qu’artiste peintre, s’est beaucoup enrichie, dans cet air pur et rempli de nuages de toutes les couleurs. Le ciel jouait pour moi sa plus belle symphonie. Je me rappelle quand juste avant le coucher du soleil je courrais en compagnie de mon ami Mongia, vers une petite colline proche d’où la vue était la plus dégagée pour photographier ces inoubliables spectacles célestes. Je me rappelle aussi l’inquiétude et l'étonnement d’un des gardiens armés, attaché à une importante maison, qui ne comprenait pas mon intérêt porté au ciel. Cette admiration a donné ses fruits pendant l’exposition de mes peintures en février 2003 dans le Palais Essâada – palais de la dernière odalisque - à la Marsa, sous le titre « La tête dans les nuages ». Oui la tête dans les nuages, je l’ai vraiment vécu en Tunisie…